Chapelle Royale Saint-Louis ( Dreux 28)

J’ai travaillé pendant deux ans à Dreux, quand je suis arrivée en Eure-et-Loire. Et je n’ai jamais pris le temps de visiter la ville et encore moins son patrimoine…

C’est maintenant chose faite et j’en suis ravie!

Dreux a une mauvaise réputation, pourtant, c’est un centre ville chargé d’histoire et un environnement boisé!

Notre prochaine expédition sera pour la forêt de Dreux d’ailleurs!

Mais avant cela, je vous emmène visiter la Chapelle Royale Saint-Louis.

Érigée en 1816 à l’emplacement de l’ancienne forteresse des Comtes de Dreux, la Chapelle Saint-Louis de Dreux abrite les sépultures de la Famille de Bourbon-Orléans.

Le premier édifice élevé dans un style néo-classique par la duchesse d’Orléans, est ultérieurement agrandi par son fils le Roi Louis-Philippe, dans le style néo-gothique.

Quand on voit la vue on comprend pourquoi ce site est celui d’une ancienne forteresse :

vue imprenable sur Dreux!

La visite se fait avec un audio-guide et un livret d’activités est offert aux enfants! Très belle surprise! ce livret permet de s’approprier le lieu avec des autocollants à replacer mais aussi de découvrir la famille Bourbon d’Orléans avec Louis-Philippe dernier roi de France, son épouse et leurs 10 enfants.

La visite commence par le parc où on peut admirer les vestiges de la forteresse des comtes de Dreux où s’élevaient un château, des remparts, une collégiale, des tours et des tourelles, un pont-levis. Cette place forte assurait la sécurité du Royaume de France. Elle a essuyé de nombreux assauts des Normands et des Anglais. Elle sera détruite par Henri IV en 1593, après deux sièges, car la ville s’est opposée à lui.

Il reste des ruines des tours de guet, le poste de garde du château, le donjon :

Le château, sur le domaine royal de Dreux (où habitait l’actuel comte de Paris et sa famille jusqu’à très récemment) :

On aperçoit la porte cochère (qui remplace le pont-levis) sur cette photo.

La chapelle est construite entre 1816 et 1822 par l’architecte Claude Cramail dans le style néo-grec.

La manufacture de Sèvres a livré ici de splendides vitraux peints et émaillés inspirés des compositions religieuses ou historiques telles que « la vie de Saint-Louis », patron de la chapelle royale.

Ingres, Horace Vernet, Hippolyte Flandrin et Larivière ont signé les plus belles œuvres faisant apparaître le fameux « bleu de Sèvres ».

Louis-Philippe renoue avec l’art du vitrail qui s’est perdu. Il demande à la manufacture royale de Sèvres, de réutiliser les techniques oubliées. La technique de la manufacture de Sèvres consiste à peindre les couleurs sur des plaques de verre transparentes. Le plomb entre les morceaux de verre est ainsi réduit au minimum.

Au Moyen-Âge, les vitraux sont composés d’une mosaïque de petits morceaux de verre qui ont chacun une seule couleur et qui sont assemblés entre eux par du plomb.

« À partir de 1830, la chapelle Saint-Louis de Dreux devient la nécropole de la Maison de France. Les gisants de la famille du Roi Louis-Philippe sont commandés aux plus grands noms de la sculpture funéraire du XIXe siècle : Millet, Barre, Lenoir, Pradier et Mercié. C’est ce dernier qui exécute le mausolée du roi et de la reine Marie-Amélie. 
Le parcours de visite parmi ces tombeaux permet d’évoquer les heures et les malheurs des membres de la Famille de Bourbon-Orléans qui traversent les tumultes du XIXe siècle.
« 

Les gisants sont d’une grande beauté, très émouvants. La crypte est elle aussi très belle.

La famille d’Orléans porte un très grand intérêt pour les arts : architecture, peinture, acculture… C’est pourquoi ils engagent de nombreux artistes pour construire une chapelle gothique. Ces artistes redécouvrent ces arts du Moyen-Âge : les vitraux, les gisants. Mais ils utilisent des techniques modernes. Les sculpteurs laissent libre cours à leur imagination et à leur sensibilité. Certaines sculptures ont des poses qui s’inspirent de la tradition médiévale : elles sont figées, droites et symétriques (comme la gisante dont je vous poste les photos de détails plus bas).

D’autres au contraire, sont expressives : elles sont romantiques car elles expriment une émotion. Enfin d’autres semblent simplement endormies.

gisant remarquable pour cet enfant, avec un voile, d’une grande délicatesse, presque réel…

La plupart des rois de France sont enterrés à la basilique de Saint-Denis. Louis-Philippe décide de réunir toute sa famille dans la Chapelle Royale de Dreux. Il choisit le style néogothique qui s’inspire des grandes cathédrales du Moyen-Âge. Le style gothique est très à la mode au 19eme siècle rendu populaire par Victor Hugo en écrivant Notre Dame de Paris.

Les architectes plaquent sur l’ancienne chapelle des éléments décoratifs du Moyen-Âge : des gargouilles, des pinacles, des statues, des personnages monstrueux…

La chapelle actuelle est édifiée sur les ruines de l’ancienne collégiale par Louis-Marie Adélaïde, la mère de Louis-Philippe. Plus petite, elle est de style classique et accueille les tombes de ses aïeux. Sous la règne du roi Louis-Philippe, la chapelle est agrandie et deviendra la nécropole royale de la famille d’Orléans; Ce grand projet symbolise la vitalité artistique du 19éme siècle dans les domaines de l’architecture, de la sculpture et du vitrail. La Chapelle Royale témoigne de valeurs chères à la famille de Louis-Philippe : la passion des arts le goût des voyages et l’ouverture à la modernité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s