L’herbier des plantes sauvages comestibles (ou utiles)

Pendant le confinement, nous avons appris à découvrir les alentours de notre lieu de vie avec plus d’attention.

Etant limité à un rayon de 1 kilomètre autour de la maison, nous avons souvent fait les mêmes balades et avons appris à observer. Grâce à cela nous avons pu faire un élevage de coccinelle, ma fille ayant repéré sur un mur des larves. Est-ce que cela aurait été possible sans cette contrainte imposée par le confinement?

Nous avons aussi été amené à regarder ce qui nous entoure et qui est devenu si familier pendant 3 mois : la Nature. Oui, même en ville (nous habitons en centre ville), la Nature est présente !

Rien de telle qu’une chasse aux couleurs de la nature pour s’en rendre compte, par exemple !

Ou bien créer un herbier ! Ce n’est pas la première fois que nous faisons cela avec ma fille, vous pouvez retrouver ICI ou ICI d’autres herbiers.

Mais cette fois, nous avons eu envie de nous intéresser aux plantes -que nous connaissons et savons identifier car oui, bien sûr il en existe d’autres!- comestibles ou utiles pour l’Homme. De quoi survivre dans la Nature 😉

Nous avons récolté des plantes lors d’une ballade et pris en photo nous mêmes les plantes toujours sur notre lieu de balade donc en ville.

Nous avons fait sécher les plantes entre des feuilles de papier A4, sous un gros coffre en bois bien lourd, pendant plusieurs jours, voir plusieurs semaines.

Ma fille a réalisé les aquarelles. La couverture est réalisée par mon Petit Doux avec la technique présentée dans cet article.

Pour le carnet en lui-même, nous avons utilisé des feuilles de papier Canson pliée en deux rassemblées autour d’une enveloppe kraft, le tout attaché avec une ficelle. Du home-made dû au confinement, car il n’était pas possible d’aller dans le magasin de loisirs créatifs acheté un joli carnet.

Voici le résultat :

Pour chaque plante nous avons fait le choix d’écrire son nom en latin, et de noter un petit texte explicatif sur l’utilisation ( ou les utilisations que nous connaissons ) de la plante.

Avec le confinement, pour la première fois, j’ai cuisiné les feuilles d’orties en un délicieux velouté! Je crois que c’est de loin, ma soupe préférée! J’ai aussi préparé les feuilles en croquettes avec des pommes de terre, selon une recette issue du Fanette et Filippin du printemps 2019.

Cette année, j’aimerais tenter, aussi, pour la première fois de faire mes propres tisanes, avec le tilleul (c’est fou ce qu’il y a cette année!) et la camomille sauvage. Affaire à suivre!

Finalement, ce confinement aura eu du bon!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s